Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI

StatusÉtatZustandStatoEstatus:
publishedpubliéveröffentlichtpubblicatopublicado
IdentifierIdentifiantIdentifikationsnummerIdentificatoreIdentificador:
TE015105
How to citeComment citerZitierweise fürCome citareCómo citar:
"TE015105 (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE015105 (accessed 2022-07-01).« TE015105 (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI) », Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE015105 (consulté 2022-07-01)."TE015105 (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE015105 (zugegriffen 2022-07-01)."TE015105 (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE015105 (consultato 2022-07-01)."TE015105 (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464 [transc. A. Sulpice]: Example, XI)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE015105 (accedido 2022-07-01).

ExemplumExemplumExemplumExemplumExemplum

CollectionRecueilSammlungRaccoltaColección:
AuthorAuteurVerfasserAutoreAutor:
anon.
SummaryRésuméZusammenfassungSommarioResumen:
(Fr.) Une noble dame, qui prend soin des lépreux, est mariée à un riche seigneur qui ne les aime pas. Un jour, où il est absent, un lépreux vient frapper à la porte et la dame lui demande s’il veut boire ou manger. Le lépreux lui répond qu’il souhaite se reposer dans sa chambre. Il lui prie de le porter car il a grand besoin de se reposer avant de manger. La dame lui répond alors qu’il connaît bien l’aversion que son mari porte envers les lépreux et qu’il y a de grande chance qu’il les tue s’il le trouve dans son lit. Le lépreux se met à pleurer. Ayant grande pitié, la dame le porte et le couche sur son lit. Elle lui met un oreiller sous la tête et le couvre de beaux vêtements. Peu de temps après, son mari rentre tout las de la chasse et veut se coucher dans son lit. La dame, de peur de sa réaction, ne veut lui ouvrir la porte de leur chambre. Le chevalier, en colère, brise la porte et se couche sur son lit. Une fois reposé, il va voir sa femme et la remercie d’avoir préparé une si belle chambre dont l’odeur est si agréable qu’il se croit au paradis. La dame, étonnée, entre dans la chambre, constate les dires de son mari et ne trouve pas une seule trace du lépreux. Elle raconte alors le miracle à son mari qui aussitôt se convertit et devient doux comme un agneau.
Source textTexte originalOriginaltextTesto originaleTexto original:

On lit d’une noble dame qui amoit moult les meseaulx et leur faisoit moult de biens. Som mari estoit chevalier et riche homme et ne les pooit veoir. Advint ung jour, qu’il n’estoit point a l’ostel, que ung mesel vint a la porte de laiens et incontinent la dame vint a lui et lui demanda s’il ne voloit boire [f.235 r] ne mengier. Il lui respondist qu’il ne porroit jusques a ce qu’il se seroit reposés sur le lit d’elle et de son seigneur en leur chambre. Il luy pria qu’elle lui portast, car il avoit trez grant desir de soy reposer avant qu’il mengast. La dame lui dist : « Tu scés bien comment mon seigneur et mon mari a grant abhomminacion des meseaulx. S’il te trouvoit sur son lit, il te porroit bien occirre toy et moy, car il doibt tantost retrouner ». Et cil commenche a plourer. La dame ne peult endurer ses pleurs ne ses gemissemens, mais le print et incontinent le porta couchier sur son lit, luy mist son oreillier dessoubz la teste et le couvrit de ses belles robes et belles pennes de gris. Tantost apréz, le chevalier vint de chassier tout las, et dist a la dame : « Ouvres moy l’huys de nostre chambre, sy me coucheray et dormiray car je suys tout lasses ». La dame, qui ot moult grant paour et se doubta plus de la mort du meseau que de de la sienne, ne fist point tantost son commandement. Le seigneur, par grant ire, brisa l’huys de la chambre et se coucha sur son lit. Et quant il fust une pieche reposé, il vint a la dame et lui dist : « Dame, moult avés maintenant bien fait, car vous avés bien paré nostre lit. Mais je me esmerveille moult ou vous avés prinses ces bonnes oudeurs, dont toute la chambre sent et flaire sy bon qu’il me sambloit, quant je y estoie, que je fusse en paradis ». La dame, qui n’atendoit que la mort, entra en icelle chambre et trouva tout ce que son seigneur lui avoit dist. Mais elle ne trouva point le meseau, et pour le miracle qu’elle vist, elle le compta tout a son seigneur. Lequel, quant il oyt ce, fust sy convertis que, luy qui par avant estoit aussy comme ung lyon, fust aussy doulx et debonnaire comme ung aigniel. Et pour le [f. 235v] merite de sa femme fust tellement convertis a Nostre Sire que de la en avant, il mena telle vie comme sa femme, c'est a dire qu’i sera convertis a Nostre Sire. Les oeuvres de misericorde impetrent grace et devons envers Nostre Sire. Saint Jherome dist qu’il ne se ramembre point avoir veü personne morir de male mort qui feist volentiers les oeuvrez de misericorde. Les oeuvrez de misericorde font moult de biens a ceulx qui les font; elles estaindent les pechiés qui en est confés et repentans, ainsy comme le feu par l’yaue; ellez plaisent tant a Nostre Sire que, quelconque chose que tu faiches aux povres pour l’amour de lui, il tient pour fait a lui meismes et au jour du jugement il dira aux bons qui les aront faittes : « Venés, vous qui estes beneis de Dieu mon pere, ou royalme de paradis qui vous est appareilliés, car j’ay eu fain et soif, vous m’avés donné a boire et a mengier; je fus nudz, vous me revestistes; je fus trespassans, vous me herbegastes; je fus maladez et en chartre, vous me visetastes. Quelconque chose que vous ayez faitte au mendre de mes povrez, vous le mez avés faittes, et a ceulx qui selon leur pooir n’aront mye faittes les dites oeuvrez, il lez envoiera avec les dyables au feu d’enfer ». Ainsy le dist le sainte euvangile, et sachiés que pour seullement les povrez restoffer ou reconforter ou aidier a couchier ou donner ung peu d’yaue a boire, quelconque petit bien pour l’amour de Dieu, se tu le fais, il t?en rendera grant guerdon et tout ce que tu leur eussez volentiers fait, se tu eusses peü, il t?en rendera bon compte et grant guerdon. ~ ~

SourcesSourcesQuellenFontiFuentes:

Thomas de Cantimpré, Bonum universale de apibus [éd. Douai, 1627], 2, 25, 13 (H. Platelle, Les exemples du Livre des abeilles, Turnhout, 1997, n° 95, p. 143).

ReferencesRéférencesReferenzenRiferimentiReferencias

Tubach:

Tubach Frederic C., 1969. Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales, Helsinki.:

  • #3020 : Leper laid on bed. A woman lays a leper on her bed; he disappears, leaving a sweet smell behind him. (See also: 3011). Alpha # 167; EdeB # 154; H7 # 22, H392 # 313, H417 # 31, H432 # 18, H489 # 120, H525 # 93, H567 # 112, H578 # 45, H655 # 114; JVitryCrane #95; Recull # 138; S.T.: Q45. 1, V412.– Jacob’s Well # 68. (© Frederic C. Tubach)
Related worksTextes apparentésVerwandte TexteTesti correlatiTextos relacionados:
  • Crane Thomas Frederick (éd.), 1890. The Exempla or Illustrative Stories from the Sermones vulgares of Jacques de Vitry, London, Nutt. 95.
  • Welter Jean-Thiébaut, 1914. Le Speculum laïcorum. Edition d'une collection d'exempla composée en Angleterre à la fin du XIIIe siècle. 313.
  • Welter Jean-Thiébaut, 1926. La Tabula Exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d'exempla compilé en France à la fin du XIIIe siècle, Paris - Toulouse. 101.
  • Londres, British Library, Roy. 7 D I, 120
  • Compilacio singularis exemplorum [Uppsala, Bibl. univ., ms 523] 895
  • Arnoldus Leodiensis, 2015. Alphabetum narrationum, Elisa Brilli (éd.), Turnhout, Brepols. 166.
  • Polo de Beaulieu Marie Anne (éd.), 1991. Jean Gobi. La Scala coeli, Paris, Editions du CNRS. 223.
  • Johannes Herolt, 1480. Promptuarium exemplorum, Nuremberg. 318.
  • Jehan Mansel, Exemples moraux, [Londres, British Library, ms Roy. 15 D V, fol. 251-346, transcript. G. Blangez], fol. 278vb
  • Major J., 1611. Magnum speculum exemplorum, Douai. Hospitalitas, 5.
  • Paris, BnF, lat. 16481, Sermo 127.
Manuscripts / editionsManuscrits / éditionsManuskripte / AuflagenManoscritti / edizioniManuscritos / ediciones:
  • Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4464, f. 234v-235v.

ImagesImagesBilderImmaginiImágenes (0)

Exempla in this collectionExempla dans le même recueilExempla in derselben SammlungExempla in questa stessa raccoltaExempla de la misma colección:

Download this exemplum asTélécharger le fichier de cet exemplum au formatLaden Sie die Datei dieses Exemplums im FormatScarica questo exemplum comeDescargue este documento en formato:

TE015105.xmlTE015105.pdf

Download the complete collection of exemplaTélécharger la collection complète des exemplaLaden Sie die komplette Sammlung von Exempla herunterScarica la raccolta completa di exemplaDescargue la colección completa de exempla

Les exempla du ThEMA sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.ThEMA exempla are made available under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.ThEMA exempla werden unter der Creative Commons Namensnennung - Nicht-kommerziell - Weitergabe unter gleichen Bedingungen 4.0 International Lizenz.Las exempla de ThEMA están puestas a disposición en el marco de la Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional.Gli exempla del ThEMA sono messi a disposizione secondo i termini della Licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale - Condividi allo stesso modo 4.0 Internazionale.

This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 Ce travail réalisé sous la direction de J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu et Pascal Collomb est mis à disposition sous licence ETALAB Licence Ouverte 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0
Powered byPropulsé parPowered byPowered byPropulsado para