Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297

StatusÉtatZustandStatoEstatus:
publishedpubliéveröffentlichtpubblicatopublicado
IdentifierIdentifiantIdentifikationsnummerIdentificatoreIdentificador:
TE018421
How to citeComment citerZitierweise fürCome citareCómo citar:
"TE018421 (Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE018421 (accessed 2022-12-03).« TE018421 (Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297) », Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE018421 (consulté 2022-12-03)."TE018421 (Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE018421 (zugegriffen 2022-12-03)."TE018421 (Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE018421 (consultato 2022-12-03)."TE018421 (Liber visionum et miraculorum Clarevallensium: 165, pp. 290-297)", Thesaurus exemplorum medii aevi, http://thema.huma-num.fr/exempla/TE018421 (accedido 2022-12-03).

ExemplumExemplumExemplumExemplumExemplum

CollectionRecueilSammlungRaccoltaColección:
AuthorAuteurVerfasserAutoreAutor:
Herbertus Turrium
SummaryRésuméZusammenfassungSommarioResumen:
(Fr.) Un moine de Clairvaux, qui fut en partie témoin oculaire des faits, raconte que dans une ville proche de Cologne, une femme a été tourmentée pendant neuf ans par des démons. Un soir, la femme et son mari entendent une voix qui leur ordonne de fermer les yeux pour ne pas voir les jeux des démons. Ils obéissent terrifiés et entendent les sons d'une foule de démons jouant et criant alors qu'ils sortent de la cave voisine pour entrer chez eux. Une fois, en rentrant chez eux, les démons trouvent un histrion avec sa femme, que les mauvais esprits ont forcé à sauter et à danser, battant et insultant la femme à cause de ses vêtements indécents. Des démons sous forme de femmes lui apparaissent souvent, essayant de la persuader d'aller les voir pendant deux ou trois ans, et la battant lorsqu'elle refuse. A noter en particulier un de ces démons qui vient souvent, avec une voix féminine, dire aux époux que si jamais la femme accepte d'aller avec ces femmes-démons, elle serait liée à eux pour toujours. Ce démon a également prédit l'arrivée des autres démons et a dit que pour cela il serait sévèrement puni. Elle a également appelé la femme "sœur" et l'homme "frère" et a prétendu être la sœur de son mari, née des mêmes parents. Un jour, alors qu'elle était enfant et lui un peu plus âgé, à cause d'un incendie, elle est sortie de la maison de son père et laissée devant une autre pendant que ses parents s'occupaient du feu. Le feu était une illusion et disparut dès que les démons enlevèrent la petite fille qu'ils remplacèrent par un démon. Ce dernier, malade, ne mangeait que la tête des animaux et lorsqu'il mourut, il fut enterré comme s'il était la fille. Bien que la femme-démon jura au nom du Christ, de Marie et de tous les saints, Herbert ne sait pas si c'était pour une tromperie ou sincère. Herbert, ne pouvant raconter toutes les tortures endurées par la femme et son mari, en choisit quelques-unes. Un jour, des paysans passant devant la maison du couple entendent des voix de démons ; l'un d'eux, mû par l'imprudence plutôt que par la foi, prend une pierre et tente de frapper la source invisible de la voix ; il est frappé en retour par le démon et est blessé. Invitée à un mariage, une femme trouve chez elle des vêtements précieux, mais comme ils ne sont pas à elle, elle les met dans un coffre et part avec ses propres vêtements. Lors du banquet de mariage, elle est attaquée par un démon qui lui jette du fumier sur le visage et les vêtements, l'obligeant à rentrer chez elle où les précieux vêtements ont entre-temps disparu. Une autre fois, dans la cave, elle trouve une grosse somme d'argent ; avec son mari, ils décident de ne prendre qu'une seule pièce pour la donner en offrande ; quand la femme revient, il ne reste que l'argent pour le donner en offrande ; quand l'homme arrive, même cet argent a disparu. En sortant de la cave, ils trouvent un démon sous la forme d'une jeune et belle fille, qui lui ordonne de la suivre pour aller voir sa maîtresse. La femme retourne à la maison et sort avec son mari avec une faux et une hache, car la fille, transformée en une horrible vieille femme, commence à la battre. La femme se défend avec l'aide de son mari et alors que la vieille femme s'échappe, ils lui jettent la hache qui ouvre alors les pustules infectées de son dos. Après quelques jours, la démone revient, en pleurs et vêtue d'une robe sombre, pour reprocher à la femme d'avoir cassé trois côtes de sa maîtresse alors qu'elle s'était défendue quelques jours auparavant. Un 29 juin, jour de la fête des saints Pierre et Paul, les démons entrent dans la maison et battent la femme jusqu'à presque la tuer. Ils lui donnent jusqu'au 15 août, fête de l'Assomption de Marie, pour se plier à leur volonté. Si elle n'obéit pas, ils reviendront n'importe quand pour la tuer, ainsi que son mari et son fils. Terrifié, le couple se rend à Cologne avec leur prêtre pour parler à l'archevêque, qui, cependant, se trouve à ce moment-là en Italie avec l'empereur. Après avoir raconté leur histoire au doyen de la cathédrale, une prière publique est décidée et le couple rentre chez lui accompagné de deux saints hommes : le curé Eberard et un moine de Clairvaux. À leur arrivée, ils tentent de purifier la maison, mais les démons parviennent à éteindre la bougie (bénite le 2 février en la fête de la Purification de la Vierge) apportée par Eberard et le moine. Le démon, qui a appelé la femme "sœur", s'approche d'elle et lui annonce que cette nuit-là, les autres démons, furieux de son voyage à Cologne, viendront pour la punir. La femme demande donc au prêtre et au moine de rester; accompagnés de six autres paroissiens, ils passent la nuit dans la maison. Lorsque la lumière s'éteint, ils entendent tous la voix du démon qui s'adresse à son mari, l'appelant frère et annonçant l'arrivée des autres démons. Terrifiés, ils pensent tous à s'enfuir, mais le prêtre demande à l'esprit de leur dire s'il sera blessé ou non. Le démon répond que le mal ne sera fait qu'à ceux qui veulent défendre sa sœur, et que les démons qui arrivent sont des anges déchus et des âmes damnées de meurtriers, de parjures, d'adultères et de toutes sortes de méchants, y compris un grand hérétique qui vient de mourir. A l'arrivée des démons, le démon se détourne, car il est détesté d'eux pour avoir parlé à la femme. Une foule de démons arrive pour battre la femme, ignorant son mari qui tente de la protéger en s'interposant. Ils la battent jusqu'au lendemain matin et alors le couple quitte la maison pour en rejoindre une autre. Mais les anges de Satan suivent les âmes (car ils ne sont pas liés à des lieux) et ne cessent de les persécuter. Jusqu'ici, c'est le récit du moine de Clairvaux, qui a vu et entendu en partie l'histoire racontée, mais qui ne sait pas comment elle s'est déroulée. Herbert, quant à lui, a récemment appris que, sept ans après ces événements, la femme a surmonté cette persécution grâce à la miséricorde de Dieu et vit désormais en paix à Cologne.
(It.) Un monaco di Clairvaux, che in parte fu testimone oculare, racconta di una donna di una città vicina a Colonia, tormentata per nove anni dai demoni. All’inizio del suo matrimonio, una sera, la donna e il marito sentono una voce che intima loro di chiudere gli occhi per non vedere i giochi dei demoni. Obbediscono, e sentono suoni di folle di demoni che giocano e gridano, mentre entrano nella vicina cantina. Una volta, tornando a casa, trovano a casa un istrione con sua moglie, che gli spiriti maligni costringevano a saltare e a ballare, picchiando e insultando la donna a causa dei suoi vestiti indecenti. Spesso le compaiono demoni in forma di donna che cercano di convincerla ad andare da loro per due o tre anni e la picchiano quando rifiuta. Ѐ da notare in particolare uno di questi demoni: viene spesso, con voce femminile dice ai coniugi che se mai la donna dovesse accettare di andare con quelle donne-demoni, sarebbe per sempre legata a loro. Questo demone preannunciava anche l’arrivo degli altri demoni e diceva che per questo veniva punito aspramente. Inoltre chiamava la donna “sorella” e l’uomo “fratello” e sosteneva di essere la sorella del marito, nata dagli stessi genitori. Un giorno, quando era bambina e lui un po’ più grande, a causa di un incendio è portata fuori dalla casa paterna e lasciata davanti a un’altra mentre i genitori si occupavano del fuoco. Il fuoco era un’illusione e scompare non appena i demoni rapiscono la bambina, sostituendola con un demone. Malaticcio, mangiava solo la testa degli animali e quando muore viene seppellito come se fosse la figlia. Il demone-donna giurava in nome di Cristo, di Maria e di tutti i santi, ma Herbertus non sa se fosse per ingannare o sinceramente. Herbertus, non potendo raccontare tutte le torture subite dalla donna e da suo marito, ne sceglie alcune tra le tante. Una volta dei contadini passando vicino alla casa della coppia, sentono le voci dei diavoli e uno di loro, mosso da temerarietà piuttosto che dalla fede, prende una pietra e cerca di colpire l’invisibile origine della voce, ma viene colpito dal demone e scappa ferito. Invitata a un matrimonio, la donna trova a casa dei vestiti preziosi, ma non essendo suoi li mette in una cassa e va con i propri vestiti. Una volta, al banchetto di nozze, viene attaccata da un demone che le butta sterco sul viso e sui vestiti, costringendola a tornare a casa dove i vestiti preziosi sono nel frattempo scomparsi. In cantina trova una grande somma di denaro; decidono, col marito, di prenderne solo uno da dare in offerta, ma quando la donna torna è rimasto solo il denaro da dare in offerta, e quando arriva l’uomo, anche quel denaro è scomparso. All’uscita della cantina trovano un demone in forma di giovane e bella ragazza, che le ordina di seguirla per andare dalla sua padrona. La donna torna in casa e ne esce insieme al marito con una falce e un’ascia, perché la ragazza, trasformata in un’orribile vecchia, comincia a picchiarla. La donna si difende con l’aiuto del marito e quando quella scappa le lanciano l’ascia che le apre le pustole marce che aveva sulla schiena. Dopo qualche giorno la ragazza demoniaca torna, piangente e vestita con un abito lugubre, per rimproverare la donna di aver rotto tre costole della padrona quando si era difesa qualche giorno prima. Un 29 giugno, festa dei santi Pietro e Paolo, i demoni entrano in casa e la picchiano fino a quasi ucciderla. Le danno tempo fino al 15 agosto, festa dell’Assunzione di Maria, per obbedire alla loro volontà. Se non obbedirà, verranno nell’ora imprevista per uccidere lei, il marito e il figlio. Terrorizzati, i coniugi vanno a Colonia con il loro sacerdote per parlare con l’arcivescovo, che però in quel tempo era in Italia con l’imperatore. Raccontata la loro storia al decano della cattedrale, viene decisa una preghiera pubblica e i coniugi tornano a casa accompagnati da due uomini di vita santa, il parroco Eberardo e un monaco di Clairvaux. Al loro arrivo cercano di purificare la casa, ma i demoni riescono a spegnere il cero portato da Eberardo e dal monaco, benedetto il 2 febbraio in occasione della festa della Purificazione della Vergine. Il demone che chiamava la donna “sorella” le si avvicina e le annuncia che quella notte gli altri demoni, adirati per il suo viaggio a Colonia, arriveranno per punirla. Allora la donna chiede al prete e al monaco di restare e quelli, con sei altri parrocchiani, rimangono la notte. Spenta la luce, tutti sentono la voce di quel demone che parla al marito, chiamandolo fratello e annunciando l’arrivo dei demoni. Terrorizzati, tutti pensano a scappare, ma il prete chiede allo spirito di dir loro se gli sarà fatto male oppure no. Il demone risponde che sarà fatto male solo a chi vuole difendere sua sorella e che i demoni che arrivano sono angeli caduti e anime dannate di assassini, spergiuri, adulteri e di ogni tipo di scellerati, tra cui un grande eretico, da poco morto. All’arrivo dei diavoli il demone si allontana, perché è da loro odiato per aver parlato alla donna. Una turba di demoni arriva per picchiare la donna, ignorando il marito che cerca di proteggerla e di mettersi tra loro e la moglie. La picchiano fino al mattino seguente, quando la coppia abbandona la casa per andare in un’altra. Ma gli angeli di Satana seguono le anime e non sono legate ai luoghi, e non cessano di perseguitarli. Fino a qui il racconto del monaco di Clairvaux, che in parte ha visto e in parte ha sentito raccontare la storia, ma che non sa come sia andata a finire. Herbertus invece ha sentito recentemente che, passati sette anni da quei fatti, la donna ha superato grazie alla misericordia di Dio quella persecuzione e ora vive in pace a Colonia.
CommentaryCommentaireKommentarCommentoComentario:

Pour le thème du "changelin", l'enfant échangé, cf. Stith Thompson (édition revue et augmentée), Motif-index of folk-literature : a classification of narrative elements in folktales, ballads, mythes, fables, mediaeval romances, exempla, 6 vol., Bloomington-London, Indiana University Press, 1955-1958, Index des motifs F321.1 et les travaux de J.-Cl. Schmitt, dans Le saint lévrier, Guinefort guérisseur d'enfants depuis le XIIIe siècle, Champ Histoire, 2004 - L'archevêque absent devrait être Philippe de Cologne ou de Heinsberg, qui suivit l'empereur Frédéric Barberousse dans son voyage en Italie. Le prêtre Eberard de Cologne, curé de l'église Saint-Jacques, est également connu par Caesarius Heisterbacensis, Dialogus Miraculorum. Dialogue über die Wunder, I-V - Ed. H. Schneider, N. Nösges (Fontes Christiani, 86, 1-5), Turnhout, 2009 [Text. Lat. = J. Strange, Köln - Bonn - Bruxelles, 1851] 1, 7 ; 4, 98 ; 6, 5 ; ainsi que le protagoniste d'une vision de l'au-delà écrite par le moine cistercien Gossuin, et rapportée par Aubry de Trois-Fontaines dans sa Chronicon Clarevallense. Voir Stefano Mula, ‘Le chronicon clarevallense. Édition à partir du Ms. Florence, Bibl. Laurenziana, Ashburnham 1906’, Herbertus Archiepiscopus Turritanus. Bulletin du groupe d’études «Herbetus», V/4, 2005, p. 5-48, spéc. p. 46-48. - Le "magnus hereticus" récemment décédé n'est pas identifié.

KeywordsMots-clésStichwörterParole chiavePalabras claves:

ImagesImagesBilderImmaginiImágenes (0)

Exempla in this collectionExempla dans le même recueilExempla in derselben SammlungExempla in questa stessa raccoltaExempla de la misma colección:

Download this exemplum asTélécharger le fichier de cet exemplum au formatLaden Sie die Datei dieses Exemplums im FormatScarica questo exemplum comeDescargue este documento en formato:

TE018421.xmlTE018421.pdf

Download the complete collection of exemplaTélécharger la collection complète des exemplaLaden Sie die komplette Sammlung von Exempla herunterScarica la raccolta completa di exemplaDescargue la colección completa de exempla

Les exempla du ThEMA sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.ThEMA exempla are made available under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.ThEMA exempla werden unter der Creative Commons Namensnennung - Nicht-kommerziell - Weitergabe unter gleichen Bedingungen 4.0 International Lizenz.Las exempla de ThEMA están puestas a disposición en el marco de la Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional.Gli exempla del ThEMA sono messi a disposizione secondo i termini della Licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale - Condividi allo stesso modo 4.0 Internazionale.

This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 Ce travail réalisé sous la direction de J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu et Pascal Collomb est mis à disposition sous licence ETALAB Licence Ouverte 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0 This work directed by J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu, and Pascal Collomb is licenced for use under ETALAB Open License 2.0
Powered byPropulsé parPowered byPowered byPropulsado para